03 mars 2013

Semi-marathon de Paris... pour la dernière fois.

Paris... c'est fini! Au terme de ce week end, le bilan est net et sans appel : les restos à Paris sont parfaits, mais mon chrono au semi beaucoup moins satisfaisant. Cette course ne me plaît définitivement pas avec sa trop grosse densité de coureurs aux niveaux très hétérogènes et ce parcours froid et tristounet dans une capitale, une fois de plus, endormie malgré le grand ciel bleu...



La course en quelques lignes :


Je vise depuis longtemps le passage sous l'1h20 pour mémoire...Après 15 premiers kms plutôt bien enchaînés, les débuts de crampes se font sentir à partir du 18ème suivi aussitôt d'un net ralentissement de la cadence qui s'impose de toute façon presque à tous les coureurs à cause d'un faux plat montant de 2 kms. Cette portion génère une perte de temps considérable quasi irrécupérable par la suite.
L'apothéose se situe pour moi une fois la borne des 20km passée : obligé de m'arrêter quelques instant pour enlever une crampe (impossible de marcher) avant de repartir un peu dépité vers l'arrivée.

Même sans cet épisode crampeux et même avec beaucoup plus de jus, je ne pense pas qu’il me soit vraiment possible d'atteindre mon objectif de faire moins d'1h20 sur ce parcours (ce chrono étant sans doute une sorte de barrière physiologique pour moi), à mon avis il faut être capable d'arriver en 37min au 10km et 56min au 15ème car la suite fait immanquablement ralentir...

Profil et dénivelé : ici

Ce que mes précédentes expérience m'ont permis d'optimiser :

-L'échauffement : dans une des allées plutôt que dans la foule du parc florale.
-Le placement dans le sas du départ.
-L'équipement : rien à redire la dessus, ni trop froid ni trop chaud du début à la fin de l'épreuve : le top.
-La gestion des 2-3 premiers kilomètres : grandement facilité par un bon placement au départ, puis par un positionnement bien à droite de la chaussée...
-Les passages aux ravitaillements : ne pas hésiter à éviter de faire les écarts en récupérant une bouteille auprès d'un autre coureur (je proposais aussi la mienne avant de la jeter bien sur...). En plus du gain de temps, ça créé un peu de lien dans une course qui en manque cruellement et c'est bon pour la planète ;-).

Ce qui aurait pu être amélioré :

-Davantage d'entraînements spécifiques...
-Moins d'alcool les 2 jours précédents (ça ne se joue pas sur ça, mais quand même).
-Peut être quelques "mini euphories" à éviter pendant la course, mais globalement j'ai été quand même très régulier en dehors de ma fin de course laborieuse...
-La gestion des ravitaillements. Pour une fois, j'ai joué la carte de ne pas m'arrêter pour boire (facilité avec les petites bouteilles et un ravitaillement sauvage de mon père), et bien je reste convaincu que l'arrêt et/ou la marche permettent une bien meilleur assimilation ainsi qu'une mini récupération favorable sur la performance finale.
Résultats :
5km : 19min13
10km : 38min04
15km : 57min14
21.1km : 1h22min56s (431ème sur 30000 environ...)
Bonne expérience pour Sophie qui réalise une belle course et qui a apprécié l'épreuve malgré un franchissement de la ligne de départ 50 minutes après le coup de feu, des passages rendus collants sur des centaines de mètres à cause des boissons énergétiques et des kgs d'oranges et les traditionnels bouchons sur le parcours...
Record battu pour elle en 2h12min20s (24358ème)


Conclusion :
 Paris, c'est fini...Je banni également la participation a des trails de masse, la foule n'étant vraiment pas ma pinte de Guinness ;-). Je prévois une revanche personnelle sur la distance au semi-marathon de St Seb le 19 mai prochain.


Course à Pied & Trail : Sommaire général

6 commentaires :

  1. Anonyme4/3/13

    Aller, fais pas la tête et reviens l'an prochain, ne serait-ce que pour accompagner Sophie. NF

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une autre course oui, celle-ci non!

      Supprimer
  2. Et bien moi je dis, même si ça ne te consolera pas, sacré chrono quand même! Surtout avec autant d'obstacles.
    Je partage ton avis sur les grand-messes sportives. Ça fait envie et puis finalement pouah!
    Le ravitaillement au volant confirme encore les conseils de Cottereau. :)
    Bonne chance pour le prochain!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, les ravitos au vol sur une durée de 1h20 ça commence à être jouable je pense... A condition d'avoir une bonne prépa spécifique!

      Supprimer
  3. Devine...1/4/13

    Encore un ptit effort....t'es pas loin des 1H18'46

    RépondreSupprimer